| |

Voici le tout nouveau groupe formé par Stefano, qui est allé au Brésil pour choisir les musiciens adaptés.

Jorge, Jurim et Marçal étaient déjà ensemble dans le disque Carioca  ; Thiago da Serrinha s’y est maintenant ajouté et le quintette est prêt à transporter la musique nouvelle, fraîche et originale du disque Que bom. Des compositions d’un auteur contemporain italien (Bollani) plongées dans une sauce sud-américaine rythmée.

En tournée à partir de juin 2018, d’abord en Amérique puis en Europe, la musique les prendra par la main et ensemble ils iront où ils ont envie d’aller.

que-bom

Stefano Bollani - piano
Jorge Helder - contrebasse
Jurim Moreira - batterie
Armando Marçal and Thiago da Serrinha  - percussions

Ils se sont rencontrés il y a dix ans et, depuis, ils parcourent le globe ensemble avec cette belle union entre le piano et la mandoline brésilienne, que vous pouvez voir et écouter dans cette vidéo tirée de l’émission RAI « L’importante è avere un piano ». Ceux qui le désirent peuvent écouter leur disque live « O que será » publié par ECM, pour avoir une idée de l’énergie qu’ils dégagent sur scène et ressentir le grand amour qu’ils partagent pour la musique brésilienne.

Hamilton de Holanda est un profond connaisseur de la tradition de la samba, du choro et d’une pléthore d’autres musiques populaires de son pays et il est également un virtuose de la mandoline extrêmement sympathique.
Stefano et lui sont deux colibris qui en volant, improvisent et inventent à chaque fois un parcours commun différent, endossant chacun son tour le rôle de meneur. Le plus souvent, il n’a pas de meneur du tout et c’est la musique qui prend par la main Enrico (Hamilton) et Stefano et les mène là où elle a envie d’aller.

hamilton-de-holanda

Stefano Bollani - piano
Hamilton De Holanda - bandolim

Jouer avec autant de musiciens implique de se mettre parfaitement d’accord avant de commencer. Et pour être encore plus en accord, mieux vaut avoir un chef d’orchestre qui veuille bien prendre la peine de diriger le tout. Riccardo ChaillyKrjstjan JarviDaniel Harding, Zubin Mehta sont parmi les chefs d’orchestre avec lesquels Stefano a collaboré ces dernières années, jouant et relisant les œuvres de GershwinPoulencRavel.

Après le désormais célèbre concert exécuté à Milan avec la Filarmonica della Scala dirigée par Chailly, dont on vous signale la vidéo, Stefano a composé la pièce symphonique “Concerto Azzurro” pour piano et orchestre en trois mouvements, sur commande de la MDR de Liepzig, avec les arrangements de Paolo Silvestri, qui avait déjà été son complice pour Concertone.
Le cinquième chakra, celui de l’ouïe, est bleu clair. Le bleu nous dit : écoutez-vous et écoutez les autres. Créez ! Désobéissez ! – nous dit encore le bleu. Le bleu ne se tait jamais. Il continue à envoyer des messages pour nous rappeler « qu’il y a une clé pour chaque porte » (Robert Musil) et que « chaque porte est une possibilité, non pas un obstacle » (Charlie Chaplin) mais aussi que « le bleu est une couleur, que cela vous suffise » (Jules César).
Le sens de Concerto Azzurro a été admirablement résumé en une seule phrase par Lucy Van Pelt, l’amie de Charlie Brown, quand elle a dit :
« Dernièrement j’y ai beaucoup réfléchi et je me suis convaincue que peindre le ciel de bleu était une bonne idée ! »

orchestra-sinfonica

Stefano Bollani - piano
Orchestra Sinfonica

Naples : un lieu qui possède une énergie très puissante, volcanique, qui permet à ses habitants d’exister et de résister aux vagues de dominations répétées. Rien qu’au cours des deux derniers siècles, ils sont passés sous le joug des Français, puis des Espagnols, et maintenant des Italiens.
Dans ce live, fondé sur le répertoire du CD homonymeRaffaele VivianiNino TarantoRenato CarosonePino Daniele sont des sources d’inspiration. Ce sont ces figures rassurantes qui nous poussent à monter dans le bateau et qui nous saluent pendant que nous prenons le large.

Nous sommes alors accompagnés par Daniele Sepe qui sur scène déverse tout son talent au travers du sax, des flûtes et de sa verve comique et polémique ; par la clarinette perçante de Nico Gori, compagnon d’aventures de Stefano depuis les temps des Visionari et du projet Carioca ; et par la batterie toujours à l’écoute du jeune talent florentin Bernardo Guerra, dernière éblouissante recrue du groupe.

Dans quelle direction vont-ils ? Vous voulez vraiment tout savoir !
Vous oubliez que la musique parthénopéenne « part “nopéenne” mais arrive dans le monde entier » et c’est elle qui prend par la main les quatre musiciens, comme dans cette vidéo, et les mène où elle a envie d’aller.

napoli-trip

Stefano Bollani - piano, voix
Daniele Sepe - sax, flûtes, voix
Nico Gori - clarinette
Bernardo Guerra - batterie

Une synergie s’est créée à Copenhague en 2004 et depuis lors, au travers des disques et des tournées, il a été établi que les trois hommes avaient une raison valable de jouer ensemble. Comprendre quelle est cette raison n’est pas une mince affaire. Chacun a la sienne et la garde au plus profond de soi. Il faudra qu’ils se décident à en parler, tôt ou tard. Entre-temps, ils continuent de jouer en trio, même lorsqu’il s’agit de tenir tête à une série d’invités sur un plateau télé comme dans l’émission Sostiene Bollani ou en face de deux grands improvisateurs tels que Bill Frisell et Mark Turner sur le disque Joy in Spite of Everything.
Les voici en action dans une vidéo de 2005 à la Copenhagen Jazz House.

Jesper Bodilsen à la contrebasse et Morten Lund à la batterie sont deux piliers de la scène jazz scandinave. Ils ont réussi à convaincre Bollani d’enregistrer un disque entier de musiques provenant de cette région du monde (Gleda) et lui ont même permis de tomber amoureux de Copenhague. Il est vrai qu’au-delà du fait qu’il s’agit de musiciens très doués et des plus sollicités, ce sont des personnes extrêmement sympathiques.

On pourrait dire qu’ils sont comme deux écureuils (et Stefano est le troisième) qui s’en vont dans les bois en improvisant et inventant à chaque fois un parcours commun différent, endossant chacun son tour le rôle de meneur. Le plus souvent, il n’y a pas de meneur du tout et c’est la musique qui prend par la main les trois hommes et les mène là où elle a envie d’aller.
Le trio a enregistré aussi Mi Ritorni in Mente et Stone in the Water  avant d’arriver à son aventure la plus récente,  le CD Mediterraneo enregistré live à la Berliner Philharmonie avec Geir LysneVincent Peirani et des membres de la Berlin Philharmoniker.

danish-trio

Stefano Bollani - piano, voix
Jesper Bodilsen - contrebasse
Morten Lund - batterie

SOLO est un mot qui peut amener à faire fausse route. En concert je suis toujours en compagnie. Du public et de ce qu’il transmet, de mes pensées, de la nourriture que je viens de manger, de l’acoustique du lieu, de l’enceinte de retour et de la sonorisation préparée par mon cher ami Roberto Lioli, qui depuis des années sert d’intermédiaire entre mon piano et le reste du monde.

Grâce à mon piano, je me fais moi-même instrument et je m’amuse de voir ce qui naît le long de l’improvisation, du son qui naît en moi et la façon dont il est canalisé par mes mains pour arriver au piano et puis au public.
Ici vous trouvez deux exemples: une vidéo tirée de l’émission « L’ importante è avere un piano » et un reportage réalisé par la chaîne de télévision argentine Canal Encuentro.
J’ai enregistré trois disques en solo, Småt SmåtPiano Solo et le plus récent Arrivano gli alieni. Toutefois je monte sur scène pour jouer, sans une setlist définie, « ce qui me passe par la tête au moment même », pour le dire avec George Bernard Shaw (mais lui ne l’a jamais dit). C’est comme construire un pont et le traverser en même temps. Il s’agit de traduire le moment présent en sons, pour qu’il arrive directement au cœur, sans passer nécessairement par le jugement de la tête.
Et s’il y passe, qu’au moins dans son sillage, il vous amuse comme une brise qui souffle des images en mouvement, des lumières, des couleurs…

Naturellement, les détails de ce théâtre émotif personnel, c’est vous qui les gérez, chacun de son côté, moi j’apporte la brise.

piano-solo

Stefano Bollani - piano, voix